Partager sur :

9,4 millions d’euros pour lutter contre l’habitat indigne dans le centre-ville

À Meaux, la question du logement est une des priorités de l’équipe municipale qui agit quotidiennement pour proposer à tous les Meldois des solutions adaptées aux revenus de chacun et des logements de qualité.

Ainsi, le 20 mai 2010, le Maire de Meaux recevait à Meaux la visite de Benoist Apparu, Secrétaire d’État chargé du Logement pour la signature officielle de la Convention de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés, s’inscrivant dans le cadre du Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD), dont la ville bénéficie depuis 2009 pour son plan Marshall/Cœur de Ville.

Le PNRQAD, qui est aux quartiers anciens ce qu’est l’ANRU pour les quartiers de Beauval et Dunant, apporte une aide financière importante (9,4 millions d’euros) dans la réalisation de ce Plan Marshall, dont un des volets d’action est l’amélioration de l’habitat du centre-ville.

Pour mener à bien cet objectif, les élus de Meaux et du Pays de Meaux ont déjà lancé de nombreux dispositifs d’aides pour inciter les propriétaires à effectuer des travaux de rénovation dans leurs logements (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat-Renouvellement Urbain, OPAH communautaire, ou encore aide au ravalement).

La politique volontariste en matière de logement menée par la Municipalité vient de prendre un nouveau virage. Pour combattre les poches d’habitat indigne et dégradé pouvant encore exister dans le cœur de ville, notamment dans les quartiers Cathédrale et Faubourg Saint-Nicolas, elle vient en effet de lancer une Opération de Restauration Immobilière (ORI)

Il s’agit d’un dispositif coercitif qui a vocation à contraindre les propriétaires à réaliser des travaux de réhabilitation sur des logements et/ou parties d’immeubles dégradés, sous peine d’expropriation.

L’enjeu est double pour la ville : il s’agit à la fois de rénover en profondeur l’habitat du centre ancien et d’offrir des logements décents et adaptés aux habitants.

En prenant à bras le corps la question du logement indigne, les élus se battent en faveur d’un des éléments majeurs du bien vivre ensemble et agissent en faveur d’une solidarité concrète pour tous les Meldois.