Partager sur :

Meaux en pointe sur le photovoltaïque

Dans le cadre de sa politique de développement durable, la Municipalité conduite par le Maire de Meaux fait un pas de plus vers une action volontariste et concrète en faveur des énergies renouvelables. En effet, la Ville développe actuellement deux projets destinés à réduire considérablement sa consommation en énergie fossile.

D’après une étude de l’Agence Internationale de l’Energie, la consommation mondiale d’énergie devrait augmenter de 40 % d’ici 2030, surtout sous la forme d’électricité. Dans ce cadre, l’énergie photovoltaïque est une garantie d’un développement durable de l’énergie. Elle renforce l’indépendance énergétique de la France tout en respectant les objectifs du Grenelle de l’Environnement de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

À Meaux, dans le cadre des objectifs fixés par l’Agenda 21 de la Ville, la Municipalité a souhaité engager des actions fortes visant à valoriser le patrimoine communal tout en participant à l’effort national de production d’énergie renouvelable.

Un parc solaire de 16 HA

Ainsi, le 28 avril dernier, les membres du Conseil du Développement Durable ont répondu présent à l’invitation d’Alain Mérat, Conseiller municipal délégué au développement durable, pour une présentation publique du projet de parc photovoltaïque développé par la ville sur le site des anciennes carrières sud de Beauval.

Le site présente en effet des caractéristiques compatibles avec ce type d’activité : une bonne exposition, une surface suffisante, plane et de forme idéale, des facilités d’accès, la proximité du réseau électrique, la conformité au Plan Local d’Urbanisme.

Les études réalisées indiquent que le terrain peut accueillir une surface utile de panneaux solaires d’environ 16 hectares, soit 40 % de la surface totale du site. La production d’électricité est estimée à plus de 11 600 Méga Watt de courant par an, l’équivalent en alimentation électrique pour 7 000 foyers (soit près de 17 000 habitants), ce qui en fait un des projets les plus importants d’Ile-de-France. En outre, la diminution des rejets de gaz à effet de serre est estimée à environ 5 500 tonnes de CO2 par an.

Le Maire de Meaux et Alain Mérat ont également demandé à la société Solar et à son partenaire allemand Q-Cells, premier fabricant mondial de cellules photovoltaïques, de veiller à la préservation du sol et à la réversibilité totale du site en fin d’exploitation. Aucune altération définitive du paysage n’aura donc lieu.

Chaque travée de panneaux solaires sera espacée par une bande de 5 mètres, occupée par une prairie fleurie à but apicole. Les autorisations administratives seront délivrées dans le courant du mois de septembre, pour un début de travaux prévu en 2012.

Equiper les bâtiments communaux

Parallèlement à ce projet de ferme solaire, la Municipalité a souhaité mettre les 75 000 m² de toitures appartenant à la Ville à disposition d’un exploitant d’installations photovoltaïques. Après plusieurs rencontres avec différentes sociétés, ce projet a suscité l’intérêt de la société Facilsasol.

Le Conseil municipal a autorisé l’étude de faisabilité préalable à l’installation de panneaux solaires sur les bâtiments communaux par une délibération en date du 16 septembre 2010. Les résultats de cette étude font ressortir la possibilité d’exploiter 7 sites dans un premier temps. Il s’agit des toitures des écoles Grosse Pierre, Val Fleuri, du Temple, du Pierris, Saint-Exupéry, Pinteville et Guynemer. Au total, 3 426 m² de toitures sont concernés. Ils recevront près de 2 700 modules photovoltaïques, pour une production annuelle d’électricité estimée à 522 015 Kwh.

L’électricité ainsi produite sera revendue par l’investisseur à EDF, qui a une obligation d’achat d’une durée de 20 ans à compter de la date de mise en service de l’installation. En contrepartie, la Ville percevra un montant de loyer de 2 euros par m².

Ces deux projets viennent en complément des actions déjà menées par la Ville pour réduire sa consommation d’énergie. Ainsi, chaque année, à l’occasion des fêtes de fin d’année, un quart du parc des illuminations est renouvelé et équipé d’ampoules à LED, moins énergivores. De même, les périodes et les horaires de mise en lumière ont été réaménagés de façon à adopter une attitude responsable, sans toutefois porter atteinte à l’esprit de fête.

Profondément attachée aux principes du développement durable, dont elle a fait la priorité transversale de son action, la Municipalité souhaite, par ces deux projets, s’engager toujours plus en faveur de la protection de l’environnement et des économies d’énergie.